Des participants mobilisés aux réunions publiques des candidats EELV

vendredi 20 mars 2015
par  Patrick Madelin
popularité : 57%

Les réunions publiques des candidats EELV du canton de Pontoise, Bénédicte Ariès, Pascal Piedeleu et leurs remplaçants Isabelle Guyon et Jean Colomier, se sont tenues à la salle municipale de Chars et à la maison de quartier des Louvrais les 7 et 12 mars 2015. Les participants étaient venus avec de fortes interrogations, notamment sur la réforme de ce scrutin dont le quasi seul intérêt est, d’après la candidate Bénédicte Ariès, d’instaurer réellement la parité.

Du conseil général au conseil départemental

En se présentant, les candidats ont expliqué leur engagement pour donner l’occasion aux électeurs de choisir d’autres expressions que les grands partis ou les extrêmes. Ni cumulards, ni politiciens professionnels, ils ont incité les citoyens à soutenir par leur vote l’indispensable transition que doivent mener les collectivités territoriales.

Devant l’expression d’incertitudes sur les attributions des futurs conseillers départementaux comme sur l’avenir des collectivités territoriales, ils insistaient sur celles qui resteront probablement au futur conseil départemental : la petite enfance, la dépendance, les personnes handicapées, l’aide sociale à l’enfance (ASE), le RSA, l’insertion et les personnes âgées.

La mise en pratique de l’écologie politique

Une opinion révoltée par le développement des résidences seniors et des maisons de retraites à but lucratif s’est exprimée à Chars. Selon les candidats, ces sujets entrent dans ce rôle social des départements, notamment via leurs offices HLM. Bénédicte Ariès a regretté l’exemple de la commune Pontoise, qui refuse aussi longtemps qu’elle le peut, les propositions des offices HLM. Les exemples de la commune de Menucourt et son opération d’habitat social intergénérationnel avec Val d’Oise Habitat et celui des « Villageoises » à Cergy, qui mixe maison de retraite et logement de jeunes travailleurs, ont été cités.

Au-delà de ces exemples, ce sont autant de bonnes pratiques qui doivent changer le mode d’intervention du département dans les collèges : investir dans la rénovation thermique pour réduire le coût de fonctionnement des établissements ; développer des cantines bio et de proximité et lutter contre le gaspillage alimentaire ; faciliter les accès et parkings vélos pour alléger le coût des transports scolaires et développer la prise d’autonomie des adolescents ; soutenir les actions citoyennes engagées par et pour les jeunes.

Sylvain De Smet, conseiller régional, était venu appuyer les candidats. Sur le thème de la lutte contre la précarité énergétique qui touche ville comme campagne, il a évoqué la Société d’Economie Mixte créée par la Région pour faciliter la rénovation thermique par l’accès à des crédits non marchands, action à laquelle les départements pourraient s’associer. Comme président de l’Île de loisirs de Cergy-Pontoise, il a eu l’occasion de décliner de manière concrète les thèmes de l’écologie politique appliquée : énergies alternatives, restauration bio et de proximité, accessibilité des personnes à mobilité réduite, pratiques du vélo, accueil d’entreprise innovantes et management participatif. Un lieu à (re)découvrir.…