Développement durable : une vraie instance de concertation à la CACP

lundi 13 avril 2015
par  Jean Colomier
popularité : 60%

Pontoise limite ses instances de concertation aux classes d’âge (Conseil communal des jeunes, Conseil des sages), mais l’agglomération a joué la carte d’un Conseil dédié au développement durable.

Depuis 2009, le Conseil Consultatif du Développement Durable de l’Agglomération (CCDDA) réunit des acteurs économiques, associatifs, universitaires et institutionnels du territoire de la Communauté d’Agglomération. Encouragé à s’emparer de tous sujets liés au développement durable, il rend compte annuellement de ses travaux et propositions aux élus communautaires. Divers sujets font l’objet de groupes de travail : les circuits courts alimentaires, les énergies renouvelables, les déchets des entreprises dans les parcs d’activités, la rénovation de l’habitat, les jardins partagés.

Concevoir des opérations pilotes

Certaines commissions ont pour objet de lancer des opérations pilotes comme la rénovation d’ensembles de pavillons à Jouy-le Moutier ou l’incitation à utiliser le vélo pour les déplacements domicile-travail via un plan de déplacement interentreprises (PDIE) pour la zone d’activité des Bellevues.

Ces actions, appelées « démonstrateurs » préparent une extension éventuelle à d’autres secteurs géographiques.

Participer à des études

Le Conseil participe à l’étude Economie circulaire et Economie Sociale et Solidaire actuellement en cours pour la CACP. L’approche par l’économie sociale et solidaire (ESS) permet d’associer un ensemble d’entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations. Elles ont un fonctionnement interne et des activités fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale. Ce sont par essence des « emploi locaux ».

Il y a par exemple débat sur la pertinence de tout évaluer au titre du Produit National Brut (PNB) qui additionne de façon positive une activité économique et les sommes dépensées pour compenser les pollutions et dégradations qu’elle a provoqué. De nouveaux indicateurs sont à définir, pour mesurer le résultat des actions engagées au titre du développement durable. Ils pourraient être intégrés au cours de l’élaboration du prochain Agenda21 - Plan Climat Energie Territorial (PCET).

De même, il ne suffit pas de définir des zones agricoles au niveau des plans d’urbanisme mais il s’agit aussi de leur donner une vie économique. Le Conseil participe au travail mené sur la faisabilité d’une protection renforcée des terrains agricoles.

La révision d’un Plan Local de Déplacement, qui concerne toutes les communes de l’agglo, est également en route.

Soutenir les jardins partagés et promouvoir les bacs d’incroyables comestibles

Jardins et espaces verts publics sont des facteurs de lien social mais ils peuvent aussi devenir des lieux de production alimentaire ET de lien social, s’ils sont partagés. Le Conseil a établi un répertoire des jardins partagés et collectifs. Il soutient l’initiative des bacs à récolte libre, installés sur des espaces publics par le mouvement des « Incroyables comestibles ». Il incite les collectivités à planter des arbres fruitiers et à ne pas se contenter des travaux d’ornements dans leurs espaces publics.

Ainsi la ville de Pontoise compte plusieurs sites de jardins collectifs mais un seul « jardin partagé » existe, à Marcouville, et un unique bac « incroyables comestibles » a été installé rue du Château le printemps dernier. Sur ce point, Courdimanche est la ville la plus avancée de l’agglomération. Une Charte des jardins collectifs a été élaborée par le CCDDA, en lien avec les services de l’agglomération. Elle sera présentée et signée officiellement lors d’une réunion d’information publique dans le cadre des « Rendez-vous du Développement Durable » à l’Hôtel d’agglomération le lundi 1er juin 2015 de 18h00 à 20h00.