Les résultats des élections départementales de juin 2021 à Pontoise

mardi 29 juin 2021
par  pontoisensemble
popularité : 10%

Dans un scrutin à nouveau boudé par les électeurs, seul 1 électeur sur 3 s’est déplacé pour voter, le second tour des élections départementales a confirmé la tendance du premier tour. Le tandem Anne Fromenteil – Paul Dubray a été élu avec 75% des voix face au Rassemblement National. Ce pourcentage magnifique est-il la manifestation d’un « front républicain » sur lequel la droite compte cyniquement ? Rappelons que le RN n’était présent au 2nd tour que grâce aux divisions de la gauche et au vote rural alors qu’il était devancé sur la ville.

Victoire peu glorieuse pour la droite pontoisienne ?

Avec 7707 voix (soit 75,11% des suffrages exprimés et 23% des électeurs) les candidats de la droite Pontoise – Vexin l’Union pour Demain (LR – UDI – Libres ! – UVO) l’ont emporté. Anne Fromenteil et Paul Dubray font plus que doubler le nombre de voix obtenues au premier tour (3 343). Sur la seule commune de Pontoise, le duo obtient 79,91% des suffrages avec 3 648 voix supplémentaires qui ne viennent pas des abstentionnistes. On est en effet toujours dans le même contexte où les urnes sont boudées par 69,73% de l’électorat.
Devant le duel droite – extrême droite, répété comme en 2015 on ne savait à quoi s’attendre : augmentation de l’absentéisme (« à quoi bon aller voter ? »), vote barrage citoyen ou multiplication des bulletins blancs et nuls.
Il semble bien qu’il y ait eu les trois réponses : près de 10% des blancs et nuls, bon report des voix citoyennes du 1er tour et à peine moins d’abstention. Dans un tel cas la modestie des gagnants est de rigueur.

Une extrême droite toujours présente avec à chaque fois des nouvelles têtes

Le binôme du Rassemblement National Christian Barbarit – Stéphanie Henry recueille 2 554 voix le canton dont 917 à Pontoise. Ce score est nettement inférieur à celui du FN aux départementales de mars 2015 où des candidats tout aussi inconnus avaient obtenu 4084 voix dont 1346 pour la seule ville de Pontoise. Malgré cette baisse il se confirme que pour déclencher un vote RN un ou deux noms suffisent, même inconnus, même sans la moindre présence militante, du moment qu’il y a sur l’affiche la présidente de l’ex-Front National.

Et si la gauche s’était réunies dès le premier tour ?

Le total des voix au premier tour de Bénédicte Ariès – Julien Foucou (1 808) et Edwin Legris – Sandra Nguyen Dérosier (1 158) dépassant de plus de la moitié des suffrages le RN (2 125) aurait permis avec un seul bulletin de gauche d’accéder au second tour. CQFD.

Une analyse des résultats des départementales de 2015 aurait pourtant dû amener la gauche à s’unir pour éviter la reproduction d’un duel Droite - FN au second tour.

JPEG - 45.6 ko

Rappelons que les négociations partisanes ont capoté pour les questions d’urbanisation des riches terres agricoles à l’est du département, de gare en plein champ puisque le centre commercial EuropaCity ne sera pas construit. La cité scolaire promise par le gouvernement en compensation semblait inacceptable à tous, sauf au PS 95, car édifiée en zone inconstructible à l’habitat dans l’axe des pistes de Roissy-CdG. Le constat d’impossibilité du rapprochement souhaitable entre les PS 95 et les autres forces politiques de l’agglomération de Cergy-Pontoise avait alors fait émerger la proposition d’un pacte de non-agression, pour n’avoir qu’un binôme de gauche par canton. Elle aurait été déclinée par le PS qui voulait être présent partout. En conséquence les candidatures de gauche se sont multipliées. Le canton de Vauréal est donc passé à droite, les cantons de Saint Ouen-l’Aumône, Cergy 1 et 2 sont comme Pontoise restés acquis à la droite.
Pontoise Ensemble demeurera vigilant sur l’action de cette majorité renouvelée au département du Val d’Oise. Après les promesses de campagne, nous attendons les actions concrètes annoncées, pour l’accès au soin, l’accès à l’école pour les enfants atteints de handicap, le mieux manger dans les cantines collégiennes, la qualité de vie le long des voies routières et ferroviaires, le nouveau réseau de pistes cyclables, la lutte contre les dépôts sauvages et la valorisation des déchets, le soutien aux TPE et PME. C’est peu dire que cette majorité sortante proposait un programme novateur, soulignant en creux les failles de ses pratiques passées.


Commentaires