Libres commentaires sur les européennes de juin 2009 à Pontoise

jeudi 11 juin 2009
par  Didier Peyrat
popularité : 47%

I. Rappel des résultats

Inscrits : 16.361
Suffrages exprimés : 6.164 (37,67%)

Liste Harlem Désir (PS) 889 voix 14,42%
Liste NPA 292 voix 4,74%
Liste Front de gauche 276 voix 4,48%
Liste Europe Ecologie 1211 voix 19,65%
Liste Lutte Ouvrière 35 voix 0,57%

Total gauche extrême gauche : 43,86%

Liste Barnier (UMP) : 1738 voix 28,20%
Liste De Villiers 212 voix 3,44%
Liste Dupont Aignan 133 voix 2,16%
Liste FN : 338 voix 5,48%
Liste "anti sioniste" 72 voix 1,17%

Total droite et extrême droite : 40,45%

Liste La terre sinon rien 74 voix 1,20%
Liste Waechter (écolo) 207 voix 3,37%
Liste De Sarnez (Modem) 586 voix 9,51%

Total centre : 14,08%

II. Les traits saillants du scrutin sur la ville

Si on compare avec les élections de 2004, on peut noter 4 choses :

* La participation, déjà faible en 2004 (40,5%), chute encore à 37%. Comme en 2004, elle est inférieure à la moyenne nationale. En 2009, 6.164 pontoisiens se sont exprimés, sur 16.361 inscrits. Le record d’abstention est atteint à Marcouville (Bureau n°13) avec… 19,45% de suffrages exprimés (128 sur 658 inscrits) ! En 2004, il y avait 24% de suffrages exprimés dans ce bureau.
S’agit-il d’une fatalité liée au peu d’intérêt pour l’Europe ? Mais comment expliquer, alors, que lors du référendum sur le TCE, en 2005, ce sont plus de 9.000 pontoisiens qui s’étaient déplacés pour donner leur avis ? Il y a donc lieu de s’interroger sur un autre phénomène : La crise civique, déjà pointée lors des municipales... Une réalité dans la commune. Qui s’aggrave au fil des ans…

* La photographie des grands rapports de force entre les 3 « blocs » ( gauche, droite, centre) est sensiblement identique de 2004 à 2009. Dans ce scrutin, la gauche n’est pas majoritaire, la droite non plus, le centre existe toujours (12,88%, et même 14,08% si on ajoute l’inclassable « La terre sinon rien »). Il y a quelques ajustements : si la gauche fait le même résultat global (de 43,5 en 2004 à 43,8% en 2009), la droite progresse de 36,9 à 40,4%). Le centre se maintient (14,08%), mais, en son sein, le Modem (9,51%) fait moins que l’UDF en 2004 (12%).

* C’est à l’intérieur des « blocs » gauche/droite que se font jour des remaniements significatifs.

-  A l’intérieur du bloc « gauche », le PS perd sa première place de 2004 (chutant de 26,5% à 14,4%). Europe Ecologie (Verts) passe nettement devant (de 7% à 19,6%).
-  A l’intérieur du bloc « droite », l’UMP conquiert une position très dominante (passant de 16 à 28%), ce qui lui permet d’être la première formation politique sur la ville. Mais la droite de la droite (FN + souverainistes divers + Dieudonné) fait encore plus de 10%.

* La sensibilité écologique est très forte et motivée à Pontoise. Si on additionne les suffrages d’Europe Ecologie et de la liste « Waechter » (3,3%), on en arrive à un total de 23% des suffrages exprimés, 24,2% si on ajoute « La terre sinon rien ». Dans 3 bureaux de vote (2, 5 et 15) Europe Ecologie passe même devant l’UMP. A L’hermitage (n°5), les 3 listes écolos (1 gauche et 2 centre) totalisent près de 35% !

III. Premiers enseignements

* Pour l’association Pontoise Ensemble, il faut y voir une confirmation du bien fondé de la démarche initiée en mai 2008. Contrairement à ce que proposaient certains, nous avons refusé, après les élections municipales, de renvoyer les différentes composantes politiques de la liste à leurs solitudes respectives. Nous avons dit : « il faut maintenir le lien, le travail ensemble, être un trait d’union. » C’était une façon de refuser les postures d’isolement, et insister sur l’unité permanente de la gauche dans une ville où la droite et l’extrême droite sont puissantes.
Aujourd’hui, les Verts (19,6%), malgré leur important succès, représentent un peu moins de la moitié du total des voix de gauche sur la ville (43,8%), le parti socialiste (14%), un tiers de ce total, et la « gauche de la gauche » (front de gauche, NPA, LO), seulement un quart. Dans l’état actuel des choses, aucun parti ne peut prétendre à lui seul constituer une alternative à la droite locale.
Pour faire exister et progresser la gauche dans cette ville, contester la domination de la droite, qui tient le conseil municipal, le poste de conseiller général et le poste de député (1re circonscription incluant Pontoise), il faut certes que toutes les formations politiques de gauche s’y développent, se construisent, chacune à sa façon, mais elles doivent maintenir des espaces communs d’action, de dialogue et de réflexion, notamment pour les sujets locaux. Les divisions excessives sont un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre dans cette ville...

* Deuxième enseignement : plus que jamais la dimension écologique de notre opposition « constructive et combative » à la droite locale est d’actualité. Le besoin d’écologie à Pontoise est fort, et il progresse. Il est sans doute constitutif de « l’esprit de ville ». L’élaboration du nouveau PLU est l’occasion de concrétiser notre volonté de transformer Pontoise en une « eco-ville » authentique (au-delà des mots : dans les faits).

* Troisième enseignement : en dépit d’une situation toujours difficile pour la gauche à Pontoise, les raisons d’espèrer existent. L’arbre d’une UMP en tête sur la ville ne doit pas cacher la forêt d’un certain échec de la droite sarkozyste : en effet, sur les 6.164 pontoisiens qui se sont exprimés (la fraction de l’électorat la plus politisée et la plus motivée par l’Europe), il n’y en a que 1738 qui ont voté pour la liste Barnier, la liste du Président au pouvoir, qui est aussi la liste du député maire Philippe Houillon.
Les médias n’insisteront pas là-dessus, mais le scrutin dit quand même ceci : la gauche et l’extrême gauche (43,86%) sont devant la droite et l’extrême droite (40,4%).
Et, si on tient compte du centre local, 56,5% des pontoisiens s’étant exprimé dans ce scrutin ont voté en faveur de listes se réclamant, à des degrés divers, d’une opposition démocratique, sociale, écologique ou radicale au parti du député-maire UMP.

On ne peut déduire d’un scrutin (surtout vu le taux d’abstention) ce qui se passerait dans un autre scrutin. Bien sûr. Mais en tout cas, le jeu n’est pas fermé à Pontoise.


Commentaires  Forum fermé