Questions aux candidats aux élections Européennes : Quelle santé pour l’Europe dans vos programmes ?

mercredi 29 mai 2024
par   Pontoise Ensemble
popularité : 15%

Alors que les sondages prévoient une très forte abstention lors du scrutin du 9 juin, Pontoise Ensemble a questionné les projets des listes sur la santé en Europe. En effet « La santé est la 2e raison qui pousserait les Français à aller voter ». Ce thème reste pourtant sous évoqué par les médias, alors qu’il relève bien de l’Europe comme l’a prouvé la crise Covid.

Le budget du Plan santé de l’Europe a décuplé depuis la Covid

Gérard Bommenel introduisait pour Pontoise Ensemble la question en rappelant que « les responsabilités de santé publique sont, normalement, sous la responsabilité des Etats ». L’Europe « faisait de la prévention avec des plans de santé de l’ordre de 500 millions d’euros ». Mais avec la Covid, l’UE « a pris conscience que les microbes se moquaient des frontières, et qu’il était urgent de prendre en charge cette réalité afin d’éviter tout blocage » entre les pays membres. C’est ainsi que l’Europe a mis en place un nouveau plan santé sur 5 ans, dont le budget est passé à 5 milliards d’euros ! Les Parlementaires européens vont donc avoir une lourde responsabilité dans la gestion de ces initiatives. Comment comptent-ils élever le niveau de santé en Europe ?

Soins mais aussi prévention environnementale et sociale

Louis L’Haridon (Place publique - Parti socialiste) : « L’idée que portent les Socialistes pour « Réveiller l’Europe » est de repenser une présence sanitaire autonome en Europe pour ne plus dépendre de l’industrie pharmaceutique mondiale et de relancer un grand plan pour la fabrication des médicaments . « Il est temps de protéger les consommateurs de ce marché libéral du médicament et empêcher que des grands groupes se fassent une santé financière sur la santé des citoyens ». Il faudra lutter contre les pesticides dans l’eau et les aliments , pour une protection des sols à l’échelle européenne et en encadrant le prix des médicaments et des produits agricoles face aux distributeurs.

Diara Camara (Liste Europe Ecologie) constate « qu’il n’y a pas vraiment de divergence » mais complète avec la lutte contre la mal-alimentation et la santé environnementale : « contribuer à ce que le plus grand nombre de personnes accèdent à une nourriture de qualité, c’est vital pour la santé » et comme « tout est lié aux environnements de vie » elle insiste, en exemple personnel ,sur « la pollution atmosphérique qui interdit aux personnes atteintes de mucoviscidose de vivre en Ile-de-France ».

Le débat animé avec le public

« Si les agriculteurs sont les premières victimes sanitaires et économique d’une agriculture qui ne respecte pas l’environnement., nos enfants sont les 2es victimes » indique l’un. Un autre évoque « les injustices de santé » et le « manque d’harmonisation de la couverture santé » et des législations en Europe. Effectivement la carte européenne d’assurance maladie (CEAM) ne permet donc pas d’être soigné partout de la même façon, seulement d’être soigné comme les nationaux. Louis L’Haridon : « Notre objectif, c’est la clause du mieux-disant sur la sécurité sociale pour aller vers une harmonisation vers le haut. Avec le soutien financier de l’Europe, les niveaux de vie et de salaires vont s’harmoniser pour arriver au même niveau ».

La question de la privatisation des découvertes médicales est aussi abordée par des participants. « L’Inde fabrique des génériques et sait casser les brevets. » Louis L’Haridon regrette : « lors de la crise Covid un cap qui n’a pas été franchi, c’est la libération des brevets » bien que le Parlement Européen se soit prononcé pour une levée temporaire pour les vaccins covid en 2021.

Une autre participante concluait : « il semble que toutes ces listes de gauche soient d’accord sur la définition de l’OMS de la santé et des indicateurs de qualité de vie » mais une dernière regrettait qu’« on évoque toujours le côté infectieux et médicamenteux en faisant l’impasse sur la prévention des affections de longue durée : diabète, obésité, maladies mentales… la dégradation de la santé, elle est là ! »

L’importance du lien santé /environnement et conditions de vie est reconnu par toutes les listes de gauche en plein accord avec l’OMS et ils y rattachent des projets européens de protection environnementale et sociale.

Pour aller plus loin :

Comparatif des programmes des principales listes :
https://www.ifrap.org/europe-et-international/elections-europeennes-2024-comparez-les-programmes

Charte européenne des droits fondamentaux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_des_droits_fondamentaux_de_l’Union_europ%C3%A9enne


Commentaires