Préparer les inévitables inondations

vendredi 15 mai 2015
par  Bénédicte ARIES
popularité : 24%

Il y a un plan municipal de prévention des risques d’inondation à Pont Oise, voici qu’est à l’étude le Plan de Gestion des Risques d’Inondation (PGRI) sur le bassin ouest parisien.

Une consultation du public est en cours jusqu’au 18 juin 2015 et on peut participer par internet.

Une directive européenne

Ce projet de PGRI concrétise la mise en œuvre de la directive européenne du 23 octobre 2007 relative à l’évaluation et la gestion des risques d’inondation, dite directive Inondation. C’est qu’il faut du temps pour élaborer un document d’action à l’échelle de tout l’ouest parisien.

Rappelons nous les grandes inondations des dernières années en Angleterre, ou le long du Danube. Il est déjà avéré que le bouleversement climatique rendra de tels épisodes plus fréquents partout en Europe.

Mieux qu’ un document administratif

Il s’agit plutôt d’un document stratégique pour gérer les inondations qui se produiront, et en minimiser l’importance et les effets.

Il fixe quatre grands objectifs : développer la résistance au risque de crue, organiser pour réduire le coût des dommages (ne pas construire ni aménager de la même façon en zone inondable), raccourcir le délai de retour à la normale des zones sinistrées et enfin maintenir la culture du risque et développer les compétences à mettre en œuvre.

Un territoire vulnérable

A "Pont Oise" et sur l’agglomération construite de part et d’autre d’une boucle d’Oise nous sommes concernés par les crues de la rivière mais aussi comme en 1995 par les remontées de la Seine qui peuvent bloquer le déversement de l’Oise à Conflans.

Le grand programme de logements en cours sur les rives de l’Oise et le futur aménagement de la zone gare -de fait marécageuse- tiennent déjà compte des inondations passées.

Mais il serait utile d’anticiper aux dizaines d’années futures. En effet le réchauffement des mers ne concernera pas que les iles océaniennes. La hausse du niveau de la mer due à la dilatation de l’eau plus chaude (1cm/an pour l’heure) impactera le débouché de la Seine au minimum jusqu’aux premières écluses de Rouen. Il existe une carte interactive pour mieux le visualiser. Cette hypothèse ne tient pas compte des remontées probable des nappes phréatiques, déjà "rasante" avec la Viosne à Pontoise.

Au titre de la réduction du coût des dommages, il faut aussi prendre en considération que les zones inondées ne sont pas les seules à souffrir, si les voies communications sont coupées ou si les réseaux de fourniture d’énergie sont perturbés.

Enfin c’est déjà au titre du maintien de la culture du risque qu’ont été installés sur les berges des indicateurs et des panneaux rappelant les crues depuis plus d’un siècle.

S’informer et participer

Pour participer a la consultation publique sur le plan de gestion des risques d’ inondations :
http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/consultation-en-cours-sur-le-projet-de-plan-de-a2151.html


Brèves

1er décembre 2016 - Réunion publique le 14/12/2016 : aménagement du stationnement rue Pierre Butin

La mise en place d’un radar a démontré en 2014 que la limitation de vitesse à 30 km/h sur la rue (...)